1ers Ciné-Philo sur « Œil pour Œil » de Laurel & Hardy pour Enfances au Cinéma. Quelques perles de sagesse de nos séniors recueillies par Ophélie Chekroun, dans 3 établissements de l’APHP. Merci de leur confiance.
A la Collégiale :
– « On dit que la vie c’est un cadeau, moi je dirais que c’est un lourd fardeau. À la fois ce qui est de plus précieux et de plus terrible.
– Beaucoup ne sont pas à la hauteur, ceux qui font la guerre et ceux qui se suicident, parce que l’Homme n’est pas bien dans sa peau.
– À cause de sa conscience, différence avec les autres animaux. La mienne s’effrite.(Jacqueline)
– Le regard des autres, moi qui vous bientôt aller au cimetière, je m’en fiche.
– Je me moque du regard des autres, d’ailleurs je n’y vois presque plus rien, que des ombres.
– Mais votre vision du monde marche mieux que jamais, forte de votre expérience qui a construit votre sagesse.
– S’il n’y a pas d’amour, la vie ne vaut pas la peine d’être vécue.
– J’ai une conscience, chacun a une conscience différente, il y a des gens qui n’acceptent pas cette multiplicité.
– Moi je n’accepte pas que mon mari quand je lui demande quelque chose me réponde « pour quoi faire? » et ne m’apporte qu’un brin de muguet en un an alors que je perds la vue. Comme si tout devait avoir une utilité.
– La seule chose qui nous diffère des animaux, c’est notre philosophie.
– Chacun a son point de vue, personne ne vit la vie des autres.
– Il ne faut pas se laisser piétiner.
– Des femmes auraient agit différemment que Laurel & Hardy pour vendre leurs sapins, qui utilisent la force mais pas l’intelligence. »
A La Rochefoucauld :
– « Instinct de conservation des animaux fourmis s’entraident voire se sacrifient pour la survie du groupe dans un film.
– Les singes qui rigolent, les éléphants qui sont tristes quand l’un d’eux est mal.
– Nous aurions peut-être des leçons à recevoir des animaux en matière de sensibilité.
– Toujours vouloir montrer qu’on est le plus fort, nous sommes éduqués dans la compétition, moins maintenant quand même.
– Il faudrait remettre chacun à sa place, dans le sens où chacun a sa place, son rôle, et n’a pas à devenir autre chose que ce qu’il est.
– Conscience comme le gendarme entre la tête et le cœur.
– Laurel & Hardy c’est la ruse, le gendarme c’est la puissance, et la foule c’est le regard des autres. »
A Broca:
– « La sagesse c’est de pardonner.
– Arrêter de penser et aimer.
– Expliquer lentement et raisonnablement, comme ma maman.
– L’humanité, c’est à la fois faire attention aux autres et se protéger soi-même.
– Il y a aussi dans l’actualité des gilets jaunes, ceux qui agissent et ceux qui observent.
– L’impossibilité de se remettre en question, sauf pour critiquer encore plus négativement.
– D’abord il faut observer la situation, avant d’agir.
– Moi, toute la vie, j’ai agi avant de réfléchir.
– Le regret c’est la négation.
– L’autocritique, et non le jugement téméraire.
– La paix avec l’ennemi dure plus longtemps qu’avec les amis.
– Ici il faut s’accommoder des personnalités des autres. »
En passant par les 3 tamis de Socrate et les 3 singes… ils ont finit par s’applaudir avec le sourire, après ce moment convivial, où le personnel accompagnant était invité à participer aussi, ah l’intergénérationnel !